(Les) lieux de Jean-Luc Lagarce
Lieu : Galerie d’art contemporain, Besançon
Dates : du 19 décembre 2007 au 9 février 2008

Exposition proposée par Christine Rouillaux et le centre d’art mobile, réunissant les œuvres de Stephan Girard, Éric Hurtado et Virginie Marnat-Leempoels.

« Dans le cadre de l’Année (…) Lagarce, la Ville de Besançon, (Fonds d’Embellissement Urbain), a passée une commande à trois artistes photographes. Chacun fut invité à découvrir l’œuvre de l’auteur et metteur en scène, et à poser son regard sur les lieux réels, probables ou imaginaires qu’il a côtoyés ou qui l’ont habité…

Stephan Girard, Éric Hurtado et Virginie Marnat-Leempoels se sont immiscés dans l’univers de Jean-Luc Lagarce. Réalité ou fiction, ces trois cheminements personnels nous révèlent trois approches, trois lieux photographiques, lieux de vie, de passage, lieux intimes de l’écriture et du je(u)…

Stephan Girard marche, arpente, n’a de cesse de regarder, d’observer, se laisser envahir, se faire happer pour s’approprier les lieux et ainsi saisir la simple présence de ce qui est. Il nous invite au voyage, celui inscrit au plus profond de l’intimité de notre être physique et mental et s’est intéressé aux albums photographiques chers à Jean-Luc Lagarce. Comme les carnets de son journal, ils sont des lieux intimes de l’écrivain et résonnent dans le travail du photographe.
Juste la fin du monde. Ces mots ont hanté Éric Hurtado qui a écouté les couloirs habités par l’oubli et essayé de rattraper l’ombre. Pour répondre à la commande, il a posé son regard sur l’absent. Voulant retrouver les lieux de Lagarce, ses photographies ne lui montraient que des décors et, dit-il : « j’ai vu qu’il ne fallait pas tenter de m’attacher aux traces… » Virginie Marnat-Leempoels s’est intéressée au personnage de Jean-Luc Lagarce pour s’en débarrasser ensuite et se laisser guider par les lieux de son enfance. Sa démarche s’apparente à celle du voyageur et l’œuvre à celle d’un carnet de route avec prise de notes et documents photographiques témoignant d’un passage sur des lieux, un passage croisé à plusieurs années de décalage entre celui de Lagarce et celui de la photographe. L’ensemble est une superposition de lieux physiques, réels, palpables et de projections propres à l’artiste, un mélange de ce qu’elle sait et de ce qu’elle a ressenti sur ces lieux de vie quotidienne ».