Parcours Fourier, La jeune fille, Roe Ethridge

Pour signaler la tombe de Juste Muiron, actuellement dans un état de délabrement inquiétant, Xavier Douroux, pour le Consortium, Louis Ucciani, pour le Centre d'art mobile, en lien avec la loge maçonnique de Besançon ont demandé à l’artiste américain Roe Ethridge de réaliser une oeuvre devant, à la fois attirer l’attention des visiteurs sur ce monument historique en passe de disparaître mais aussi, symboliser la philosophie fouriériste. Il s'agit d'une pièce réalisée dans le cadre de la politique des nouveaux commanditaires de la Fondation de France. Roe Ethridge, en se référant au travail de David D’Anger (1788-1856), a réalisé un portrait de jeune fille. Ce portrait en noir et blanc, reprenant les interventions artistiques classiques de l’art mortuaire, rappelle la centralité de la jeune fille dans le système fouriériste, comme pivot, amour céladonique et coeur du système des passions. Il est à noter que si la tombe recèle le corps de Juste Muiron (premier disciple de Fourier), elle abrite aussi celui de son père Jean-François (1756-1839), auteur d’un livre Le paillard septuagénaire ou chansons sur ma vie, que l’université de Franche-Comté a publié dans une édition établie par François Lassus en 1988.

Originellement, la photographie devait être accrochée sur le mur d’enceinte du cimetière des Chaprais ; mais en attendant les autorisations administratives nécessaires, nous avons exposé cette oeuvre, dans le courant de l’année 2017, en plusieurs endroits de la ville. La pièce a été présentée dans le cadre d’une exposition au mois de septembre, à la chapelle Notre-Dame. Elle a, par la suite, été visible, lors de deux événements : à l’ancienne chapelle jouxtant la faculté des lettres, ainsi qu’à la maison Manneval à la Malate. Ces micros expositions ont été accompagnées de prestations intellectuelles autour du fouriérisme à Besançon et de son rayonnement international.

La séance s'est tenue le 6 mars 2018, au FRAC, autour d'une table ronde radiodiffusée par Radio Campus en présence de Franck Gautherot pour le Consortium, Louis Ucciani pour le Centre d'art mobile, Sylvie Zavatta pour le FRAC. L'émission a été entrecoupée de deux performances, l'une de Michel Giroud et l'autre, d'Antoine Bozzoli, qui présenta une pièce sonore, le phalanstère des animaux, fruit d'une collaboration avec Louis Ucciani.

La jeune fille de Roe Ethridge rejoint donc le parcours Fourier, au côté de Céladonie de Zvtlana Eger (actuellement visible au Frac), le Dog bar de Sylvie Auvray (quartier Battant) et Le cube de Liam Gillick (musée des Beaux-Arts). L’exposition proprement dites a été accompagnée d’un concert expérimental en association avec Trois Petits Points.

Frac Franche-Comté

154_bozzoli.jpg
 Performance d'Antoine Bozzoli    au FRAC 
154_img1560.jpg
 Découverte de la Jeune fille   dans les réserves du FRAC. 
154_frac.jpg
 Table ronde au FRAC      
154_img2193.jpg
 Présentation par Xavier Duroux   les locaux du Consortium. 
154_img1535.jpg
 Enregistrement de la performance   dans les locaux de l'ISBA